Abeille

Abeille

 

L’abeille est la plus vieille amie de l’homme. Apparue sur la terre il y a quarante-cinq millions d’années, c’est à dire bien avant celui-ci, l’ancêtre sauvage de toutes les espèces d’abeilles est probablement originaire de l’Inde, encore que l’espèce égyptienne, déjà visible sur les monuments pharaoniques, soit propre à l’Afrique. .

L’homme, comme le renard et l’ours, a commencé par déguster le miel d’abeilles sauvages. Le miel domestique semble connu dès le IIIème millénaire en Mésopotamie. Un fait est sûr : l’apiculture est une technique que les habitants de la Cappadoce ont maitrisé dès le milieu du IIème millénaire : le « Code des Hittites » condamne l’appropriation d’essaims si les abeilles appartiennent à des particuliers. En tout cas, le miel fut la première source de sucre pour l’homme, la seule jusqu’à la Renaissance, et la cire la première matière plastique.

En Occident, les débuts de l’apiculture moderne, avec exploitation intensive du miel, datent de la moitié du XIXe siècle : dés 1789, le naturaliste suisse François Huber avait mis au point une première ruche à cadres mobiles. Sur ce principe, le R.P. américain Langstroth crée en 1851 le type de ruches à hausses, qui permet une facile extraction du miel par centrifugeuse. C’est la ruche Langstroth, toujours en usage, concurremment avec la ruche Dadant — Du nom du Français qui a inventé peu après un modèle différent, mais aussi pratique.

 

En Amérique du Sud, les abeilles sans aiguillon (ou mélipones), au nombre de plusieurs dizaines d’espèces, ont été utilisées par les peuples précolombiens et le reste par certaines ethnies qui en descendent. L’élevage porte au moins sur deux espèces. Il existe même une « civilisation du miel », celle des Indiens Guayakis du Paraguay oriental, chez qui ce dernier représente l’aliment principal et/ou la cire tient lieu d’argile : c’est une des formes les plus rudimentaires de la vie forestière.