30% des hommes violeraient une femme s’ils étaient sûrs de ne pas être poursuivis

C’est le résultat choc d’une étude menée sur 150 participants. 30% des personnes sondées affirment qu’elles n’auraient aucun problème de commettre un viol si elles ne risquaient aucune répercussion judiciaire.

30% des hommes violeraient une femme s’ils étaient sûrs de ne pas être poursuivis

Il s’agit d’une étude dont la conclusion est extrêmement inquiétante, elle vient confirmer que l’année 2016 n’a pas encore sorti toutes ses cartes. Il en reste probablement des surprises rarement rassurantes. Massil Benbouriche, un chercheur en psychologie et en criminologie, a effectué cette étude sur 150 hommes âgés de 21 à 35 ans, issus de différents milieux sociaux. Ce travail loin d’être amusant répondait aux besoins de sa thèse qui portait sur le thème de : Comprendre les effets de l’alcool et de l’excitation sur les coercitions sexuelles envers les femmes.

30% des hommes violeraient une femme s’ils étaient sûrs de ne pas être poursuivis
Sachant que les sujets sont tous en bonne santé mentale, leur réponse scandaleuse à une question intégrée dans le questionnaire par Massil Benbouriche en dit le contraire. Le chercheur proposait une mise en scène simulée d’une femme qui rentre du bar chez elle accompagnée d’un homme prénommé Martin. L’enregistrement s’arrête juste avant que Martin ne viole Marie.
La question était : « Si vous étiez absolument certain que Marie ne porte jamais plainte et que vous ne soyez jamais poursuivi, quelles seraient les chances d’avoir une relation sexuelle avec Marie alors qu’elle n’est pas d’accord ? »

30% des hommes soumis à l’étude se sont sentis très à l’aise, voire confiants pour dire qu’ils n’auraient pas besoin d’un consentement de la part de leur victime pour commettre un viol. Un constat difficile à absorber !
La culture de viol, encore tenace, se voit, de jour en jour, attirer des acteurs mais aussi des partisans. Ces gens, audacieux, n’ont même pas peur de déclarer leur prédisposition à commettre cet acte ignoble, banalisé par ignorance. Il y a des gens persuadés que les victimes méritent d’être violées ! Ils se trouvent un prétexte anodin pour justifier une agression horrible.

Pour en conclure, la lutte contre la criminalité sexuelle doit changer de voie, car les chiffres ne rassurent pas et la manière classique de faire face à ce fléau devient stérile.